VERRERIE DE BAYEL

verrerie de Bayel

La fabrication du verre se développe aux époques romaines et gallo-romaines, pour atteindre à Venise une excellente qualité au XV° siècle.

On façonnait déjà le verre à Bayel en l’an 1300.

En 1666, le Maître Verrier Vénitien Mazzolay fonde la « Manufacture Royale en cristaux de Bayel », alors que ce n’est qu’en 1764 que Louis XIV crée la cristallerie de Baccarat et en 1767, celle de Saint-Louis.

Lorsque Mazzolay décède en 1695, sa veuve, remariée à Mr Simonnot d’Arrentières, poursuit son œuvre jusqu’en 1720.

Ensuite, les dirigeants des Cristalleries sont : Jean Villeprouvée en 1721, Daniel Personne en 1760, Claude Hénard (1757-1814) en 1805, François Valory 1 (1777- ) en 1812, Claude Valory (1769-1841 ) en 1835 et la Société veuve Pierre Lecuyer jusqu’en 1852.

En 1854, Alexis Marquot maître verrier à Bligny dirige les Cristalleries de Bayel, son fils Gustave lui succède en 1863. En 1892, madame veuve Marquot fonde une société avec ses fils.

Bayel connaît une période de prospérité et d’expansion, en acquérant les verreries de Fains (Meuse) en 1910.

A partir de 1924, la Société est présidée par la famille Marquot.

Les procédés traditionnels de travail manuel furent complétés par les appareils les plus modernes de fusion, de réchauffage, de re-cuisson avec pyrométrie électronique, de transport par tapis roulants et de travail à la chaîne partiellement mécanisés.

En 1966, avec 9 fours en activité, la Société occupe un millier de collaborateurs, représentant le cinquième de la production nationale dans ses spécialités.

Les collections de cristaux et de verrerie sont présentées aux Galeries d’Exposition de la Société à Paris, aux usines et dans les principales Foires Expositions européennes et étrangères.

Fournisseur en Cristaux de table à la Maison Blanche à Washington, des Ambassades Américaines, de l’Hôtel Ritz à Paris, de la Compagnie Générale Transatlantique pour le paquebot France, Bayel expose ses collections de Cristaux dans les magasins des meilleurs spécialistes d’articles de luxe pour la table et l’ornementation.

Aujourd’hui, il ne reste plus que 39 ouvriers.

L’entreprise est l’une des seules en Europe, où l’on travaille toujours le cristal entièrement à la main.