Que signifie sur certains actes de mariage la mention « mariés en face d’église » ?
Depuis 1183, l’église catholique reconnaît comme base du sacrement de mariage le seul consentement des époux pour valider un mariage légitime.

Le Concile de Trente (1563), confirme pour l’Europe Catholique, le principe du consentement des époux ; au grand scandale des parents ayant un héritage
à léguer et voulant choisir leurs gendres et brus.
En France, depuis l’Edit de Blois (1576), et parallèlement à l’opposition des Protestants, un mariage catholique, pour être valide, doit être célébré
« en face de notre Sainte mère l’église », béni par un prêtre, accompagné du consentement des parents.
Cette coutume n’a été définitivement adoptée et transmise qu’à partir de 1615, sans jamais été avoir été officiellement entérinée par
l’Eglise catholique de France.
C’est pourquoi depuis lors pratiquement toutes les bénédictions de mariage contiennent la formule « mariés en face de notre Mère Sainte Eglise »
ou encore « et moi, prêtre soussigné, leur ai donné la bénédiction… » ou encore : « telle date, j’ai reçu la célébration du mariage,
en face de la sainte Eglise Catholique de Un tel et Une telle… ».

Bien entendu, le mariage a été célébré à l’intérieur et non pas devant l’église ; la mention « devant l’Eglise » évoque l’institution
de l’Eglise catholique et non pas le bâtiment de l’église paroissiale, signifiant ainsi que le mariage s’est déroulé en présence d’un prêtre
et en respectant les rites canoniques progressivement mis en place par l’Eglise catholique.