Origine, répartition, âge et relation ethnique des haplogroupes européens

Introduction

Des études sur l’ADN ont permis de catégoriser tous les êtres humains sur Terre en une série de groupes généalogiques descendants d’un ancêtre commun à un moment de la préhistoire. On appele ces catégories des haplogroupes. Il y a deux sortes d’haplogroupes : les haplogroupes définissant le chromosome Y (Y-ADN) hérité de père en fils, et ceux de l’ADN mitochondrial (ADN mt), toujours hérité par la mère. Le premier renseigne donc sur les ancêtres de la lignée agnatique (ou patrilinéaire), et la seconde sur la lignée cognatique (or matrilinéaire).

Les haplogroupes Y-ADN sont également utiles pour déterminer si deux individus apparament non apparentés mais portant le même nom de famille descendent bel et bien d’un même ancêtre dans un passé pas trop lointain (3 à 20 generations). Pour le savoir, on compare les haplotypes des marqueurs STR. Les tests de SNP quand à eux permettent de retracer ses origines ancestrales beaucoup plus lointaines, et d’identifier le groupe ethnique antique auquel nos ancêtres appartenaient (par exemple celtique, germanique, slave, greco-romain, basque, iberien, phoenicien, juif, etc.).

En Europe, les haplogroupes ADN mt sont répartis de manière relativement homogène sur le continent, et par conséquent ne peuvent pas être associés avec un groupe ethnique de l’Antiquité. Cepedant, ils peuvent parfois révéler certains problèmes de santé potentielles (voir maladies associées avec des mutations de l’ADN mitonchondrial). Certains sous-groupes ADN mt sont associés avec une ascendance d’origine juive. C’est notamment le cas des sous-groupes K1a1b1a, K1a9,d K2a2a et N1b.

Le saviez-vous ?
  • Les nucleotides sont l’alphabet de l’ADN. Il y en a quatre : l’adenine (A), la thymine (T), la guanine (G) et la cytosine (C). Elles vont toujours par paires, A avec T, et G avec C. Ces paires sont appelées « paires de base ».

  • Les 46 chromosomes de l’ADN humain sont composés de 3 milliards de paires de base au total.

  • Le chromosome Y possède 60 millions de paires de base, contre 153 millions pour le chromosome X.

  • L’ADN mitochondrial se trouve en dehors du noyau de la cellule, et par conséquent hors des chromosomes. Elle est constituée de seulement 16,569 paires de base.

  • Un SNP (single nucleotide polymorphism) est une mutation d’une seule paire de base. A l’heure actuelle, seuls quelques centaines de SNP’s definissent tous les haplogroupes humains pour l’ADN mt ou l’Y-ADN.

 

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire